G no Reconguista : Yoshiyuki Tomino reconnaît les problèmes de la série

Une chose est sûre avec la série Gundam Reconguista in G, c’est qu’elle a suscité des réactions. Le problème est que ces réactions ont rarement été complaisantes à l’égard de la série qui a subit de très vives et virulentes critiques, y compris de la part d’autres représentants de l’animation japonaise.

Au travers d’une interview parue dans l’édition de juin de Gundam Ace, Tomino reconnaît ses erreurs sur la série et dit qu’il lui donne « seulement 15 sur 100 ». Il rappelle cependant que la série a bénéficié d’une technicité peu fréquente pour une série TV avec une réalisation de très grande facture. Le tout était dirigé avec la volonté de réaliser un animé de robots à l’ancienne. Selon Tomino, le résultat de cette direction a « fait perdre l’histoire au milieu de l’action ». Il ajoute que le « principe de la scénarisation qui prévaut sur la qualité des scènes d’action était écarté ».

tomino

Quand aux critiques sur la difficulté à suivre l’histoire, l’auteur admet qu’il n’a pas écrit celle-ci d’une manière simple à suivre. D’après l’interview, Tomino ne s’attendait pas à un aussi mauvais résultat. ll pense que le public ne réagit pas aux histoires écrites avec une « logique froide ». Il mentionne également qu’à partir de l’épisode 19, ils ont amélioré la narration mais avoue que c’était « bien trop tard ». Tout ça pour finalement tenter de tout encapsuler dans le dernier épisode, ce qui a nécessité un grand effort selon le réalisateur.

Interrogé pour savoir si la série a réussi à faire passer son message, Tomino a répondu : « Non. Je pense que beaucoup de gens ont été pris par les éléments extérieurs, les scènes d’action. Ceux que je voulais atteindre sont ceux qui ne regarderont pas la série, je parle des gens de l’énergie nucléaire. Et je ne m’y attends pas »

Tomino a également raconté sa motivation à faire garder au staff l’idée de travailler sur une série d’une autre décennie. En effet, le réalisateur considère que l’industrie de l’animation aujourd’hui ne sait pas tirer partie des talents dont elle dispose. En ses propres termes : « Peut-on faire une meilleure utilisation de leur technique et talent ? Les producteurs et investisseurs veulent prendre ces mesures. L’animation ne peut se résumer à du « iyashi-kei » (le style « apaisant ») et des filles mignonnes ». Quand on lui demande si G no Reconguista pourrait changer la situation, il a simplement dit que non car elle n’est pas populaire.

brd1

 

 Tomino reconnaît ensuite que l’animation est censée être plus « joyeuse » que ce qu’il a produit, mais il a affirmé qu’il ne pouvait se résoudre à faire quelque chose comme ça. « J’éprouve personnellement de la frustration vis à vis de ce genre de travaux, je me rends compte que je le vomis ». Néanmoins, il termine en précisant que « bien sûr, l’animation est un divertissement et aujourd’hui ceux qui vendent des millions de copies sont les gagnants et qu’il n’y a pas de futur pour ceux en dessous de ça. Cela signifie que si quelque chose ne se vend pas, nous ne pouvez pas vous en vanter ».

Source : ANN